« Et tu as des enfants ? »

4 ans s’écoulent, la Tribu des Trop’gnons grandit et nous voici en Juin 2016 : le moment de nous lancer dans l’achat de notre maison dans le Parc Régional du Vexin Français ! Et qui dit maison … dit projet de mariage et de bébé depuis déjà longtemps en tête. Un univers Trop’gnon sans être moi-même maman un jour était inconcevable et on me posait souvent cette question : « et tu as des enfants ? » ou bien « alors le bébé c’est pour quand ? » J’aurais tellement voulu répondre « Oui » à la première, ou « bientôt » à la deuxième ….

L’arrêt de ma pilule contraceptive en Octobre 2015 devait entraîner le retour de mes cycles naturels … mais un an plus tard, toujours rien. L’inquiétude commençait à s’installer, et en même temps je savais que depuis l’adolescence quelque chose n’allait pas …. Mon médecin avait dû déclencher mes premières règles sous pilule car à 16 ans elles n’étaient toujours pas arrivées naturellement. Depuis, à chaque début de cycle, me voilà pliée en quatre sur le lit, avec parfois en prime un malaise vagal, et parfois une impossibilité d’aller travailler … Et on me disait douillette … s’ils avaient su ….

2017 : nous consultons pour la première fois une gynécologue du service PMA de l’hôpital de P., suite à l’incompétence d’un gynécologue de ville. Ce dernier n’a même pas cherché à nous faire faire des examens complémentaires et m’a parlé de seringues à m’insérer seule dans le ventre sans aucune explication ….  J’ai pris la fuite. Faire des piqûres pour tomber enceinte ???!!! Mais comment ça ???!! Je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait quelques mois plus tard ….

L’entourage et quelques amis très proches sont vite tenus au courant, c’est plus simple pour nous d’en parler et de trouver du soutien auprès d’eux plutôt que de leur cacher. Mais plus le temps passe, et plus les gens se demandent pourquoi je n’ai pas encore d’enfants alors que mon univers est si … enfantin ! Si seulement ils savaient ….

Mes belles sœurs tombent enceintes : un bébé, puis un deuxième … puis un troisième, et un quatrième …. Deux filles d’un côté, deux garçons de l’autre. Je vois leur ventre grossir à chaque grossesse, je prend chacun de leurs bébés dans mes bras à leur naissance, je les regarde grandir … 1 an, 2 ans, 3 ans, 4 ans, 11 ans … alors que mon ventre, lui, est toujours aussi vide. Les nièces de Jérôme (qui m’appellent « Tata ») et les autres enfants que je côtoie commencent eux aussi à me demander pourquoi je n’ai pas de bébé … Leur innocence me touche et je leur dis qu’il faut être un peu plus patient parfois … Le contact que je peux avoir avec les enfants a toujours été extraordinaire : on dit souvent que je suis un aimant à bambins !!! Pas pour rien d’ailleurs qu’en parallèle des Trop’gnons, je suis animatrice scientifique chez « Les Savants Fous ». Mais je vous en parlerai plus tard …

La femme remise en question … La mère en construction

Suis-je vraiment une femme ? Pourrais-je être Maman un jour ?

La PMA [Procréation Médicalement Assistée] : ce parcours interminable de montagnes russes émotionnelles, qui t’amène à subir des choses que tu n’aurais jamais pu imaginer être capable de surmonter jusqu’ici … Ce parcours qui révèle l’incroyable courage et force que tu ne soupçonnais même pas en toi !

Une première batterie d’examens fut effectuée courant 2017, entre IRM, bilan génétique, spermogramme, échographies, prises de sangs … pour nous deux.

Conclusion : nous sommes Infertiles. 

Syndrome des Ovaires polykystiques (SOPK) et suspicion d’une légère endométriose pour moi, puis azoospermie (absence de spermatozoïdes) pour lui …  nous tombons de haut.

Je vous laisse imaginer l’état dans lequel nous étions face à ces résultats …

Fort heureusement, tout n’était pas perdu : une chirurgie a permis de dénicher des petits zozos bien cachés à la source ! Certes, peu nombreux … mais il suffisait d’un seul … Quant à moi, j’avais une très bonne réserve ovarienne et je répondais (trop) bien aux stimulations hormonales.

Nous entamions alors un parcours dont nous ne connaissions pas encore la fin … heureuse ou malheureuse ? …. 2021, 4 ans, 7 échecs de FIV ICSI, plusieurs mois de confinement et donc de pause forcée PMA …. Au cours de ces 4 ans, la découverte d’adénomyose, puis de la Maladie d’Hashimoto pour moi (hypothyroïdie suivie désormais par un endocrinologue), une biopsie de l’endomètre, une prise de sang pour recherche d’anticorps auto-immun, une échographie plus poussée pour recherche d’endométriose qui finalement a révélé que je n’en ai peut-être pas, que je n’ai finalement pas d’adénomyose non plus … puis une hystéroscopie révélant une malformation utérine (cloison), et une opération chirurgicale réalisée le 14 Décembre dernier pour la retirer … Cela commence à faire beaucoup sur la liste de l’infertilité. J’ai comme l’impression d’accumuler à moi toute seule tous les soucis que peut avoir une femme infertile ! Certaines n’ont « que » de l’endométriose, ou « que » le Syndrome SOPK … ici, c’est le package total.

Plusieurs personnes au courant se demandent comment j’arrive à supporter tout cela, car selon eux « ils n’auraient pas pu ». Je leur réponds toujours « quand on ne le vit pas directement, on ne peut pas savoir si « on aurait pu » … Tout est une question d’acceptation comme dirait Lise Bourbeau. Ce n’est pas non plus que « je n’ai pas le choix » car nous avons toujours le choix. Et j’ai choisi.

Notre couple est atteint de maladies diverses qui bouleversent notre projet de devenir un jour parents, mais qui nous donnent peut-être aussi une force de plus que les autres pour nous battre. On dit souvent que la PMA est un parcours du combattant … mais ce n’est pas une guerre, ça ne doit pas être une guerre …. et surtout pas CONTRE son propre corps. Nos corps ne sont pas des ennemis …. Je me battrais surtout POUR en prendre soin, car il est mon principal allié … C’est un parcours du combattant dans le sens où nous ne lâcherons rien, nous irons jusqu’au bout pour ne jamais avoir de regrets. 

Actuellement, je tiens un journal de bord de ce parcours que j’illustre à chaque nouvelle étape, avec l’objectif de le faire éditer un jour. J’y raconte des moments de joie, des moments douloureux, de la colère, de l’incompréhension, des doutes, des peurs … de l’espoir, du courage, de la déception, de la frustration, de la jalousie, des soulagements, des rires, des rencontres, du partage aussi ! Je ne peux promettre une issue belle et heureuse comme dans un conte de fée, car la PMA n’est pas une baguette magique pour tous les couples, mais je peux promettre un récit au plus proche de la réalité d’un couple qui s’est renforcé grâce à elle.

Aujourd’hui, les Trop’gnons m’aident à tenir et Champi continue son travail thérapeutique : celui de transformer les blessures du passé en énergies positives pour l’avenir. Il est mon petit compagnon de vie, toujours à mes côtés.

Je ne dévoilerai pas plus en détails ce parcours PMA ici sur ce BLOG, car cela me prendrait des mois entiers et il y a tellement à raconter ! En revanche, je vous invite (si ce n’est pas déjà fait) à vous abonner à la Newsletter pour qu’un jour je puisse  vous annoncer la parution de mon futur livre édité sur le sujet.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.